Madagascar et son jeu traditionnel : le Fanorona

Jeu de société de loin la plus ancienne de la Grande Ile, le Fanorona est considéré aujourd’hui comme le jeu national des Malgaches.

Le jeu trouve son origine dans les pays arabes aux environs de 3 000 ans avant notre ère et, a été ensuite exporté vers le pays à partir du XVIIème siècle.

Contrairement au jeu d’échecs, le Fanoranora bien que stratégique est plutôt pacifique. Lorsque vous gagnez, par exemple, vous devez donner à votre adversaire une chance de se racheter.

On pourra distinguer trois sortes de Fanorona : le Fanoron-telo qui se joue avec une 3 x 3 grille, le Fanoron-Dimy avec une grille 5 x 5 et le Fanoron-Tsivy appelé communément Fanorona qui est le plus joué à travers toute la région de l’Ile.

Jouer au Fanorona ne nécessite pas de matériels compliqués. Il vous suffit de tracer un tableau (à même le sol et avec une pierre marquante) de cinq rangs et de neuf colonnes et de vous procurer des pierres (pouvant être remplacées par des graines) de deux couleurs différentes. Les pierres seront au nombre de 44 pour chaque joueur (22 pour une couleur et les 22 autres pour une autre couleur de votre choix).

A noter que le tableau de jeu sera également composé de lignes diagonales qui partent des bouts des lignes impaires. Au centre du tableau (le lakam-be), le point sera vide au début de la partie.

Le but du jeu sera donc de capturer le maximum de pierres appartenant à l’adversaire, ainsi d’éliminer tous les pions ennemis. Une autre stratégie consiste à ne pas permettre à son adversaire de capturer son pion facilement.

Comment y jouer ? Les deux joueurs déplacent alternativement leurs pions et ceci en suivant les tracés du tableau. Comme pour les échecs, un joueur qui peut encore prendre les pions de son adverse peut continuer à jouer. Au tout début de la partie, en sachant qu’un carré du tableau contenant cinq ouvertures (avec les diagonales), le premier joueur peut donc attaquer de front (vaky loha), faire une prise avant (fohy) ou une prise arrière (kobana) ou effectuer une attaque oblique venant de la droite (havanana) ou de la gauche (havia).

Comme l’on a indiqué antérieurement, le vaincu lors de la première partie se voit accorder une revanche appelée VELA pour se rattraper. Le but du Vela c’est d’arriver au scénario : 5 pions au vainqueur et 22 pions au vaincu.